La vie reprend peu à peu à Liège et à Verviers, deux villes frappées de plein fouet par les intempéries des 13 et 14 juillet 2021. La décrue permet la visite des lieux par le chef de la mission diplomatique, Jacqueline Zaba, le dimanche 18 juillet 2021.  Malgré le service d’auto-nettoyage que chaque ménage a organisé, les décombres illustrent bien l’ampleur des dégâts. Dans les villes de Liège et Verviers les habitants évacués d’urgence face à la montée des eaux sont autorisés à rejoindre leurs domiciles ou du moins ce qu’il en reste.

« Les eaux ont soudainement atteint la hauteur de 1,5 à 2 mètres. Ce n’est que hier (ndrl samedi 17 juillet) que j’ai pu accéder à ma demeure » soupire, Mimi Yaméogo, une des victimes visiblement peu remise de ses émotions.

Les deux villes sont transformées en vaste chantier à ciel ouvert.

L’ambassadeur a pu visiter 5 foyers de Burkinabè impactés par le sinistre, sur 7 signalés. Parmi les cas visités, se trouve le siège social de L’Association mondiale pour la solidarité (AMONSOLI) fondée par un Burkinabè également victime de la montée des eaux. Les deux autres compatriotes victimes des inondations n’ont pu être visités du fait de l’inaccessibilité de leur zone à ce jour. L’ambassadeur Zaba en se déplaçant était porteur d’un message de soutien et de compassion du Président du Faso, Roch March Christian Kabré. A l’occasion, la diplomate dira son soulagement de constater que la catastrophe n’a pas endeuillé la communauté burkinabè. Toutefois, les dégâts matériels sont énormes. Certains foyers à l’image de celui de Robert Sankara ne peuvent rien récupérer après le passage des eaux. 

La mission a pu remarquer avec satisfaction que face au malheur, une solidarité agissante entre Burkinabè a été organisée.

Maxime Kaboré, résident à Liège et directeur du centre social oxygène présent lors de la visite a remercié l’ambassadeur pour avoir manifesté une solidarité constante aux compatriotes en difficulté depuis les premières heures du sinistre. 

 

Service presse, communication et relations publiques